Journal Chimiothérapeutique

Chimio #5 – J+3 – Message à caractère informatif

Moral: 9.5/10 – Physique : 4/10 – Météo: Pas ouf – Poids: 87.1 – Inspiration : Pas Christophe Maé

Petit préambule :

Ce matin, je relis cet article avant publication pour corriger un minimum de fautes d’orthographe, de syntaxe et un maximum de fautes de goût. Je dois vous prévenir que cet article a été écrit pour cause d’insomnie. Attaqué à 1h30 du mat et fini vers tard ou tôt comme vous voulez. Comme d’habitude, même technique, j’écris comme ça vient et quand vient la nuit, merci Johnny, certaines idées peuvent paraître noires, saugrenues, vides de sens ou les trois à la fois… Voilà qui est dit alors attaquons.  

Je crois que je commence à comprendre les gens refusant délibérément la chimio au bout du 2 ou 3ème cancer. Et Bim, ça commence fort !!!   

Une jolie pensée pour ma grand-mère Lulu à qui je voue aujourd’hui une admiration sans borne, ne serait-ce que pour en avoir tapé 4 !  

Je dis cela car, allez savoir pourquoi, l’idée de la rechute vient mettre son nez dans mes pensées ce soir… Rien de dramatique, ce n’est pas cela qui m’empêche de dormir. Je n’ai pas de crainte ou d’appréhension particulière sur la rechute, c’est juste une idée qui passe comme ça et partira aussi vite qu’elle est venue. (Et puis il faut bien trouver un sujet pour écrire un article non ?)

Une chance sur X de me taper la petite sœur un jour ou l’autre. Je parle de la petite soeur de la boule hein !!! Je ne connais pas la valeur du X et ne souhaite pas le savoir particulièrement, elle importe peu. Il s’agit plus d’un problème de statistique et je laisse ça à d’autres plus qualifiés.  

Pour étayer un peu, je me dis juste que pour l’instant, j’ai eu la chance de décider que toute cette expérience était hyper positive et amenait un champs incroyable de nouvelles perspectives. En revanche la pilule d’un deuxième aurait probablement un goût plus amer et peut-être bien que là, il faudrait faire preuve d’un courage réel et non d’un simulacre de volonté…   

Message à caractère informatif : Attention, ceci n’est absolument pas un passage dépressif. Loin de là.  

Je vous ai déjà dis que j’étais pragmatique?

C’est l’histoire du verre à moitié plein, à moitié vide… Perso, je n’ai jamais rien compris à ce truc là. Je crois surtout que c’est juste un verre avec de l’eau dedans. Le fait de le voir à moitié plein ou vide n’est interessant qu’en fonction du contenu. Bière, Vin ou Ricard suivant les régions.   

J’espère que vous commencez à trouver ce texte un peu absurde… (C’était l’idée de base au début de la rédaction de cet article).  

Je crois surtout que c’est l’idée du choix que l’on fait qui est importante. Quelle que soit la situation, je suppose que l’on peut toujours choisir de la posture et n’importe quel évènement* peut être interessant et positif, à condition d’en faire le choix. Le simple fait d’imaginer de quelle façon il peut ou pourrait l’être est déjà un premier pas et le reste suit visiblement.

* : Pour éviter toute méprise, je parle d’évènements ou de nouvelles qui ne sont pas « fatales » ou abominables évidemment.

Pour en revenir au verre plein ou vide, j’ai un réel problème avec les idées préconçues et, rien que pour faire chier le monde, j’ai décidé de trouver ça cool, non pas d’avoir un cancer mais de le voir comme un truc interessant… 

Ceux qui me connaissent dans la vie réelle reconnaîtront sûrement ce côté totalement exaspérant* de toujours vouloir m’opposer à tout, par simple plaisir de polémiquer… et de systématiquement défendre l’idée inverse de mon interlocuteur…  

* : Exaspérant au sens de « casse couilles »

C’est relou, je suis bien d’accord mais vous voyez bien en lisant les paragraphes précédents que je ne fais pas cela par choix… Ou alors, pas tout le temps… Et Hop ! La boucle est bouclée…  

Alors pour la récidive, on verra bien et arrêtons là les tergiversations. De toute façon, il se fait déjà tard.

Après, il y a aussi plein de choses qui nous rendent joyeux ou déprimés sans que l’on en fasse le choix délibéré.  

En voici quelques  exemples :

  • Regarder Cantelou à la TV, ça me déprime… Est-ce par choix ? Non
  • Regarder Nikos* qui fait semblant de se marrer devant ses blagues estampillées « TF1 » c’est encore plus déprimant. Est-ce par choix ? Non plus…
    *: Je sais que ce n’est plus Nikos… Mais la mécanique est surement restée la même…
  • Danser en boite de nuit en écoutant de la soupe* et faire semblant de m’amuser m’a toujours profondément fait c…. Est-ce par choix? Euh… Oui! 
    *: Je voulais dire de la merde mais ma mère est maintenant abonnée à ce blog…
  • Écouter de la musique triste me rend profondément joyeux*.  Est-ce par choix? Non
    * : Pour ceux qui pourraient penser à du Vincent Delerme… J’ai dit de la musique, pas les complaintes d’un névrosé Parisien qui ne sait toujours pas chanter juste, après 20 ans de carrière. Même Renaud chante mieux… enfin je crois.
  • Dans la même veine, la musique joyeuse me rend totalement neurasthénique… Désolé, je dis ça maintenant parce que j’ai Christophe Maé qui me vient en tête là… Est-ce par choix? Aucune idée… Je dirais Non, là aussi…

Mais comment est-ce que Christophe Maé peut se retrouver dans cet article ???   Est-il grand temps d’aller voir un psy ? Vous croyez ?  

Je ferai ça un jour (pour l’expérience au moins). Mais là, je kiffe trop mes psychoses du moment pour les régler à coup de problèmes liés à la petite enfance. Est-ce par choix ? Clairement OUI !    

Ah j’ai failli oublier !  Et la chimio dans tout ça???

Eh bien, de ce coté, que des bonnes nouvelles ! 5 sur 8, la fin approche à grand pas…  

Quelque part, ça me met dans une position délicate au sens ou elle rappelle aussi que le jeu de l’auto-apitoiement aura lui aussi une fin… Ou plutôt une transition vers d’autres formes de complaintes (j’y travaille très sérieusement).  

Question effets secondaires, j’ai l’impression qu’ils ont mis de l’eau sucrée dans la poche tellement elle est bien plus facile à supporter que les précédentes.  

  • Nausées et autres : Totalement disparues
  • Fatigue musculaire : Assez forte surtout ce matin, mal un peu partout comme si j’avais fait un marathon la veille… L’impression de peser 150 Kg (ce qui sera proche de la réalité vu le peu d’activité physique en ce moment).
  • Fatigue cérébrale : Totale, mais c’est lié à l’heure (il est 3h45…) 
  • Moral : Rarement été aussi bien ! (A part peut être lors de la sortie de KidA de Radiohead… ça fait un bail !)

Un rendez vous avec mon Chimiothérapeute* très positif. Le résultat du PET Scan passé 2 jours plus tôt est au TOP ! Il a même dit qu’on pouvait sabrer le champagne avec des résultats comme ça !  

Plus de particules de crabes dans toute la chaine ganglionnaire ni d’oeuf de ce dernier dans d’autres parties de mon petit corps, et ça, ça fait plaise !  

* : Note pour plus tard, il faut absolument que j’écrive un article dédié à ce formidable Chimiothérapeute qui en plus de rigoler à nos blagues semble dévoué entièrement à la guérison de ses patients et leur bien être moral.  

** : Note pour la note pour plus tard : Attendre tout de même la fin du traitement pour vérifier si ce dernier a fait du bon travail… Dans un panier de Crabes, une seule règle : Ne jamais faire confiance à personne !  

Il y a donc fort à parier que je vais passer les fêtes de fin d’années et de nombreuses encore… C’est horrible à dire mais pardon pour tous ces canards et ces oies que l’on va gaver outrageusement pour leur foie et mon plaisir gustatif.  

Notes de fin avant d’aller au dodo :  

Un esprit éclairé m’a dit la semaine dernière : Si tu as une idée, écris la tout de suite… sinon tu vas l’oublier le lendemain… Résultat, Ça fait 2h que j’y suis et j’ai presque rien écrit sur mon idée de départ. D’ailleurs je l’ai totalement oubliée…  

Merci donc à ce grand esprit qui se reconnaîtra sûrement…(Petit indice, il avait un pétard dans la main lorsqu’il m’a dit cela…).  

Merci d’avoir flingué ma nuit, le réveil de demain 7h, on sera surement à la bourre pour l’école de ma fille que j’embrasse au passage.  

Merci aussi d’avoir anéanti le peu de bienveillance que les gens avaient encore pour moi avant la lecture de cet article…    

PS : tu as remarqué que je suis passé au vouvoiement ? J’hésite entre plus snob ou plus sérieux…    

PPS : Ah, ça y est, j’ai retrouvé l’idée de départ, je voulais parler d’intelligence artificielle… Question intelligence des propos, on est loin du compte alors on verra ça plus tard.    

Sur ce, je vais me coucher…

Franck
41 ans et un cancer, c'est le moment d'écrire ou jamais...
1 commentaire
  • Cristina D
    Répondre

    Salut Franckos,
    Tu deviens encore plus marrant avec un crabe te menaçant !
    Crois-tu qu’un pétard puisse faire autant des nuages dans la mémoire ? Peut-être un verre de FEC Taxo fasse l’affaire bien plus vite. Et quel drink amère, p-t–n !
    Oui, oui, il y a un côté positif en avoir un cancer, mais fais gaffe, les autres vont nous envier (rire²).
    Cristina

    PS: J’espère que Martine ne me lit pas, car ma sagesse est douteuse en ce moment. (Martine ! ne m’en veut pas, stp !)

Répondre à Cristina D Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :