Journal Chimiothérapeutique

Des fleurs pour Algernon

Moral: 9.5/10 – Physique : 9.5/10 – Météo : Singing in the rain – Poids: 86.7 – Inspiration : A Silver Mount Zion – Horses in the sky

Pour commencer ce matin, je dois avouer être sérieusement dans la merde avec ces notes de moral et de physique en préambule de chaque article. Etant borné à 10 et souhaitant rester à peu près honnête dans la notation, je mets un 9.5 aujourd’hui pour rester crédible un minimum mais j’ai rarement été aussi bien.

Bon, à bien y réfléchir, je crois qu’on s’en fou un peu aussi.

Beaucoup de choses à dire et peu de temps pour le faire alors tentons d’aller à l’essentiel.

Déjà, pourquoi ce titre : « Des fleurs pour Algernon » ?

Attention au spoil qui suit si tu décides de lire ce classique de la littérature SF.

Pour résumer grossièrement, il s’agit d’un roman dont le personnage principal souffre d’un fort retard mental. Une expérience scientifique va lui permettre de progresser de façon exponentielle au point de devenir extrêmement brillant. Nous suivons son évolution jusqu’au climax de son état cérébral. Malheureusement pour lui, la descente aux enfers commence lorsqu’il s’aperçoit qu’il va revenir à son point de départ mental et perdre toutes ces facultés nouvellement acquises.

Le wikipédia du dit bouquin pour les curieux.

Ok, mais quel est le rapport ?

Le souvenir que j’ai de ce livre est surtout l’histoire d’une montée vertigineuse puis d’une descente. Il s’agit, presque en tout point, de l’exact opposé de ce qui m’arrive depuis un an. La descente fut rude mais la remontée spectaculaire.

Et voilà, j’ai toujours pas avancé sur ce que j’avais à dire et l’heure tourne ! Et, comme dirait le lapin blanc : « Je suis en retard en retard ! ».

Après la diffusion du reportage TV, je ne suis plus à une exhibition près alors il est temps de mettre à jour le portfolio avec une nouvelle photo du jour. Attention, enfants, s’abstenir.

J’avoue que j’ai longuement hésité avant d’ajouter les photos des dernières chimios tant elle me faisaient peur. Quant à une photo post-opération, il en était hors de question pendant de longues semaines.

Le but initial de cette page était de suivre l’évolution de la maladie au fil du temps et je dois m’y tenir. Il ne s’agit pas d’une obligation bien entendu mais plutôt d’aller au bout de l’expérience pour un retour à la normale et valider l’acceptation.

Voilà, comme ça, c’est fait, on en parle plus et on peut passer à autre chose !

Et ben justement, il s’est passé un truc de fou cette semaine : J’AI TROUVÉ DU BOULOT !!!

Oui, oui, tu as bien lu : un taf, une activité non uniquement centrée sur ma petite personne… avec une mission, des trucs à faire, des collègues de travail, un bureau avec des plantes, une machine à café, etc. !

Après 2 entretiens, voilà que je commence demain !

Un subtil mélange de flippe et d’extase d’autant qu’une chance ne vient jamais seule et que le poste correspond beaucoup à ce que je souhaitais pour ma reconversion. Je connais plutôt bien cette société pour y avoir travaillé 10 par le passé et j’en apprécie particulièrement les fondateurs*.

* : Je mets ça au cas où il leur viendrait l’idée de consulter ce blog avant la fin de ma période d’essai…

Moi qui comptais glander jusqu’en Septembre, me voilà de nouveau dans un rapport au temps que j’avais perdu. Celui d’avoir des choses à faire et surtout un temps imparti pour les faire.

A croire que le CV posté dans un des articles précédents à fonctionné et qu’ils se sont dit qu’il ne fallait pas passer à côté de l’aubaine de recruter un cancéreux en mal de reconnaissance professionnelle.

Tout ça pour dire que l’inversion de tendance depuis le jour de l’opération est assez fulgurante, qu’elle soit physique, mentale et maintenant professionnelle, j’ai presque du mal à suivre.

AHAHAH, pardon je coupe le fil car un truc trop drôle vient de se passer.

Là, je suis chez moi en train d’écrire et comme toujours, j’écoute de la musique à un volume un peu fort. Un ORL serait tenté de qualifier ça de « carrément douloureux… » bref.

Le morceau Ring Them Bells de A Silver Mount Zion touche presque à sa fin (un peu noizy, faut reconnaître…) et j’entends qu’on frappe à la porte… ou plutôt qu’on tabasse ma porte.

Je file ouvrir et c’est ma concièrge – Gracinda pour les intimes…

  • Gracinda (l’air soulagée) : – Ahhhhh, bonjour ! Vous êtes là !
  • Moi : – Oui, Bonjour. Désolé, la musique est un peu forte…
  • Gracinda : – Ahh… c’est la musique ? Ouf, J’ai cru qu’il y avait un accident chez vous
  • Moi : AhAhahah, oui, Euh…

Il faut croire que la musique est une notion relative… J’ai les larmes aux yeux quand j’écoute ce morceau et pour elle, c’est le bruit d’une machine infernale en train d’exploser…

Je dois te laisser sur cette anecdote aussi improbable qu’inutile mais j’ai rendez vous à l’hôpital d’ici une heure pour commencer une nouvelle aventure avec l’hormonothérapie – Mmmm, j’ai hâte !!!!

Je vais en profiter pour passer dire bonjour à Anne-Sophie, ma chirurgienne préférée depuis qu’elle a occis les restes du crabe avec le sourire devant une caméra de télévision !

Autrement dit, c’est la première fois que je vais dans cet hôpital Georges Pompidou non pour faire des examens ou subir un traitement, mais simplement pour dire bonjour et récupérer une ordonnance.

J’ai déjà le sourire aux lèvres !

Je rigolerai peut-être moins après la première journée de taf mais à chaque jour son lot de surprises ! Pour l’instant, tous les signaux sont au vert !

Alors : Pourvu que ça dure !

Petite digression au passage car c’est probablement ce que le sinistre D. Trump doit se dire actuellement concernant les troubles culturels, sociaux pour ne pas dire humains, que traversent actuellement ces Etats qui n’ont d’Unis que le nom.

À ne faire qu’attiser la haine des uns et la peur des autres depuis son accession au pouvoir, le message envoyé par le big boss de la maison blanche fini par provoquer le zèle de certaines personnes aux pensées monstrueuses. Par sa caution, elle s’imaginent alors tout permis et finissent par passer à l’acte.

Le danger dans cette histoire, c’est que la division est une arme redoutable pour régner. Bible en main, D.T. cherche donc maintenant à surfer sur la vague de l’insécurité et la peur de l’américain moyen pour se trouver un rôle de président intransigeant envers ces « voyous » qui menacent leur petite sécurité.

Le collimateur est fixé envers et contre tout vers une réélection et le chaos risque de faire oublier l’ingérence chronique de tous les sujets quels qu’ils soient depuis 3 ans, Covid-19 en tête.

Alors, voilà, comment ne pas voir une similitude flagrante entre Donald Trump et le Corona virus ?

On se foutait de leur gueule au début en les sous-estimant et voilà qu’aujourd’hui, ils mettent le monde entier par terre !

Mais attention, l’un des deux est bien plus mortel que l’autre à long terme. Petit indice : Le plus dangereux des deux peut être combattu par les urnes.

Le monde se relèvera de la Covid-19, mais pas sûr que la planète supportera un deuxième mandat du blondinet au teint orange !

#BLM #mondedemerde

Franck
41 ans et un cancer, c'est le moment d'écrire ou jamais...
2 commentaires
  • Guilene Bonnemain
    Répondre

    Merci pour ce bel article, comme d’habitude.
    J’espère que la reprise du travail c’est bien passée.

    Que l’ascension morale, physique, familiale et dans le travail puisse continuer.

    Amicalement.

    Guilene

  • Abdel el ghalb
    Répondre

    Salut, je suis un homme de 44 ans, marie et 3 enfant. J’ai appris aujourd hui que j ai chope cette vacherie au sein droit de grade 3. J’ai ete sonne toute la journee…
    J’aimerai savoir quel grade tu avais avant le debut du traitement?
    Aussi je vais puiser dans ton optimisme et ta force de vaincre…j’aimerai beaucoup recevoir une reponse de ta part. Je viens de rentrer dans le club tres ferme des 1%de mec a chope cette vacherie…desole pour les accents…c est que j’ai un claviet US….

Répondre à Guilene Bonnemain Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :